Leucojum

Amaryllidaceae
Tribu : Galantheae
Nomenclature, origine, Protection, Clé, sur le web, culture, fournisseurs, bibliographie
Philatélie.
Les étamines de Nivéole

Les Leucojum, ou nivéoles, regroupe des espèces très proches des Galanthus, ou perce-neige, avec lesquels ils sont parfois confondus.

Le nom dérive du mot grec leucoion, déjà employé par Théophraste. Pendant des siècles ce nom a été employé pour désigner aussi bien les perce-neige que les nivéoles. Linné sépara de cet ensemble les Galanthus, qui se distinguent par des tépales internes plus courts que les externes. Le "reste" se retrouva dans le genre Leucojum. Des botanistes virent bien que ce "reste" était hétérogène, et ils le subdivisèrent en plusieurs genres, dont Acis. En vain car en 1878-1888 Baker abaissa ces genres au rang de sous genres de Leucojum

Cette division du genre Leucojum revient à l'ordre du jour avec l'aide du cladisme et du séquençage de l'ADN : L'étude de Lledó et al. montre que Leucojum vernum et L. aestivum sont plus étroitement apparentés au genre Galanthus qu'aux autres espèces jusqu'ici placées dans Leucojum. Le genre Leucojum apparaît comme paraphylétique.

Une alternative se présente pour obtenir des genres monophylétiques : regrouper au sein d'un unique genre toutes les espèces (Galanthus + 2 sous genres de Leucojum) ou bien diviser Leucojum (lato sensu) en deux, Leucojum (stricto sensu) et Acis (voir schéma). C'est cette dernière solution qui est proposée par Lledó et al.

Leucojum L.

Publication : Linné 1753, Species Plantarum 1: 289.

Type : L. vernum L.

Dérivation : Grec leuco, blanc et ion, violette. Ancien nom, déjà utilisé par Théophraste, possiblement pour désigner les perce-neige. Nom utilisé dans les siècles passés pour les perce-neige et les nivéoles mais désignait parallèlement une giroflée dans la pharmacopée (d'où l'homonyme).

Homonyme : Leucojum Hill in Scott 1753, Miller 1754 = Matthiola (Brassicaceae)

Remarque : Les espèces aux tépales sans marque apicale verte, au style filiforme, aux feuilles souvent très étroites et originaires du pourtour méditerranéen, ont été séparées en 2004 et forment le genre Acis.

Espèces : 2 (Synonymes).

Noms communs : (Voir aussi les noms français de Galanthus nivalis et Leucojum vernum.)

L. vernum L. aestivum
France Nivéole nivéole printanière
grelot blanc (autres)
nivéole d'été
Espagne campanilla de primavera
Es / Catalan assa de primavera
Italie campanellino campanella maggiore
CH / Italien Campanelle comuni Campanelle maggiori
Angleterre Snowflake Spring snowflake
St. Joseph's Bells
Summer snowflake
Loddon Lily
Suède Snöklocka snöklocka sommarsnöklocka
Norvège klosterklokke  klosterklokke jonsokkloksterklokke
Hollande Lenteklokje Zomerklokje
Allemagne Knotenblume Frühlings-Knotenblume  Sommer-Knotenblume
Danemark Hvidblommer vår-hvidblomme
Dorothealilje
Sommer-hvidblomme
Finlande kevätkello suvikello
Hongrie Tozike Tavaszi tõzike Nyári tõzike
Pologne sniezyca wiosenna
Tchéquie Bledule jarní Bledule letní
Slovaquie Bleduľa jarná
Yougoslavie drijemovac ljetni drijemovac
Roumanie Ghiocel bogat

Autres noms :

France : L. aestivum ssp pulchellum : nivéole (d'été) élégante ;
Allemagne : L. vernum, Josefs-Glocherl, Oster-Becherchen, Oster-Glocke, Märzenbecher, Sommertürchen, Grosses Schneeglöckchen, Märzenglöckchen ; L. aestivum, Spätblühende Knotenblume

Origine

Espèces de milieux frais à vaste répartition sud-européenne. L. vernum s'étend à l'Est jusqu'aux Carpates et au Nord jusqu'en Pologne. L. aestivum s'étend à l'Est jusqu'au Caucase et régions voisines d'Anatolie et de Perse.


Espèces menacées

Clé de détermination :

Sur le WEB

Leucojum

L. aestivum
L. aestivum subsp. pulchellum

Nivéole au bord de l'eau

L. vernum

Gravures anciennes :

Acis

Voir page Acis.

Culture

L. vernum et L. aestivum sont des espèces rustiques aimant la mi-ombre et un sol humide.

Fournisseurs (+, voir aussi Acis)

Bibliographie* (+ sur le genre Acis, les alcaloïdes)