Aller au menu.

Perce-neige, héraut du printemps !

Sous un voile d'argent la Terre ensevelie
Me produit malgré sa fraîcheur :
La Neige conserve ma vie,
Et me donnant son nom me donne sa blancheur.
Isaac de Benserade (1613-1691)
La Perceneige (La couronne de Julie)

Culture des Galanthus.



Cette page est destinée aux jardiniers amateurs de Perce-neige.
Elle n'est pas destinée aux collectionneurs de Galanthus botaniques.

Le nom de la belle

Cette charmante petite plante symbole de pureté a un nom comme les anges : masculin ou féminin au choix.

Ce nom était déjà utilisé au milieu du XVIIe siècle (Cf. les 2 madrigaux de la Couronne de Julie, vers 1631-1641).

Auparavant les savants appelaient la plante Leucoium, d'après le nom employé par Théophraste au 4e siècle avant notre ère. Linné laissera ce nom aux seules nivéoles et rebaptise les perce-neige Galanthus.

Données "basiques"

Perce-neige et nivéoles printanières sont d'aspect et de culture similaires. On leur donne parfois le même nom...

- Les perce-neige (Galanthus).
Les 3 tépales internes (~pétales) sont habituellement* beaucoup plus courts. Les tépales externes ont l'extrémité arrondie et sans tache verte.
- Les nivéoles printanières (Leucojum vernum).
Les 6 tépales sont égaux avec une pointe verte.

Le cycle de vie :

La plupart des espèces et variétés fleurissent en fin d'hiver : janvier-mars.

Elles développent leurs feuilles pendant la floraison. Durant tout le printemps les feuilles permettent de reconstituer les réserves du bulbe. Puis elles jaunissent et disparaissent.

Les bulbes ne supportent pas d'être stockés hors sol, maigrissent et sèchent. Les laisser en terre durant leur repos estival.

De nouvelles racines se développent à l'automne.

Le froid hivernal est nécessaire à la formation de la fleur.

Au jardin

Emplacement, sol, ensoleillement

G. nivalis apprécie un sol riche en humus restant frais l'été, par exemple à mi-ombre sous des arbres ou arbustes à feuilles caduques. Un sous-sol argileux ou calcaire lui convient. De nombreuses autres espèces se cultiveront de même.

Pour certaines espèces aux affinités plus méridionales, dont G. elwesii, leur culture en région froide nécessite un emplacement plus chaud, ensoleillé et un sol bien drainé.

Certaines espèces précieuses et fragiles (G. reginae-olgae...) seront cultivées en pot. (La culture en pot ne convient pas à la plupart des espèces.)

Utilisation

Les perce-neige peuvent être utilisés sous les ligneux à feuilles caduques, depuis le massif d'arbustes, y compris de terre de bruyère, jusqu'au parc boisé.

Ils sont couramment utilisés en plates bandes de fleurs printanières, souvent accompagnés de plantes à saison de développement complémentaire.

Leur petite taille en fait de bonnes plantes de rocaille.

Les perce-neige peuvent peupler une pelouse en situation mi-ombragée (l'herbe y est moins vigoureuse). Il ne faut pas tondre trop tôt en saison : attendre le jaunissement du feuillage. On peut les planter ou les laisser lentement s'installer d'eux même par semis.

Enfin, pour qui se sentirait pris de passion pour cette mode so British, on peut cultiver une collection de perce-neige. Une bordure de 1 m de large environ au pied d'un long mur bien exposé, plantée d'arbustes discrets l'hiver, avec un sol enrichi de terreau de feuilles, est un bon emplacement.

Plantes compagnes

Les ligneux, qui structurent l'espace du jardin, offrent, comme déjà dit, un environnement accueillant.

Pour le choix des plantes herbacées, le principe est de choisir des plantes ayant les mêmes besoins et ne risquant pas de gêner les perce-neige par une trop grande vigueur.

Cyclamen coum est un bon compagnon qui fleurit à la même saison. Il se ressème spontanément mais n'est pas envahissant. Ses besoins en sol et lumière sont voisins. Dans leur pays d'origine, Galanthus et Cyclamen poussent parfois ensemble dans la nature.

Les hellébores ont des besoins d'ombre et de sol frais similaires. Elles fleurissent en même temps ou peu après. Pour les espèces aux feuilles persistantes l'hiver, on peut couper les feuilles qui gênent la floraison des perce-neige.

Des Geranium forestiers rustiques tels G. pyrenaicum ou G. lambertii peuvent être plantés. Ils couvriront le sol après la disparition des perce-neige. Leur vieux feuillage sera retiré l'hiver pour ne pas gêner la floraison des bulbes.

Les fougères peuvent être utilisées de même, avec une végétation qui occupera l'espace après les perce-neige.

Choisir une variété

Il existe 19 espèces et plus de 500 variétés horticoles (cultivars)...

En France on ne trouve dans le commerce que G. nivalis, sa forme double et G. elwesii. Il faut s'adresser aux collectionneurs ou aux fournisseurs anglais pour avoir un bon choix de variétés.

Critères à prendre en compte :

Climat de la région

Particulièrement rustiques, le perce-neige G. nivalis peut être cultivé dans les régions froides et en montagne.

Dans le midi de la France, on préfèrera le G. elwesii, qui supportera mieux le climat chaud. Inversement, en région plus fraîche on devra lui réserver un emplacement ensoleillé, drainé et chaud.

Saison de floraison

Mi-février : C'est l'époque du perce-neige ordinaire, G. nivalis.

Il existe des cultivars à floraison plus tardive.

Galanthus rizehensis
G. rizehensis

Floraison en janvier : Galanthus elwesii et sa variété monostictus fleurissent fin janvier. Cependant certains cultivars particulièrement précoces fleurissent à partir de Noël, en Angleterre.
Le Galanthus rizehensis, très semblable à G. nivalis, fleurit à la mi-janvier.

Floraison d'automne : Parmi les 2 espèces à floraison automnale, seul G. reginae-olgae est, rarement, commercialisé. Il est de culture très délicate, même dans le sud. A réserver aux bons spécialistes.

Taille de la plante

Galanthus elwesii est une espèce très variable mais généralement de grande taille. On l'appelle parfois "perce-neige géant".

Couleur

G. plicatus
'Wendy's Gold'
'Wendy's Gold'

Du jaune, plus ou moins froid ou doré, remplace la couleur verte de l'ovaire et des tépales internes chez plusieurs variétés de G. nivalis (groupe Sandersii) et de G. plicatus (ex. : 'Wendy's Gold', voir la photo).

Il existe des variétés dont les tépales externes sont plus ou moins striés de vert.

Forme de la fleur

La forme à fleur double, quoique moins gracieuse, est intéressante pour sa longue floraison. (L'ovaire est stérile mais le pollen fertile. Le gène 'double' est dominant.)

Il existe des variétés à tépales internes semblables aux externes (variétés dites pauculiforme) et un grand nombre d'autres cultivars originaux (en Angleterre).

Feuillage

Les feuilles des espèces sont variables : étroites ou larges (elwesii, woronowii, platyphyllus), légèrement spiralées (gracilis), mates (elwesii, gracilis) ou brillantes (woronowii, platyphyllus), légèrement marquées de lignes pâles (nivalis, rizehensis, plicatus) ou de plis longitudinaux (plicatus), dressées ou plutôt étalées (rizehensis).

Acheter des bulbes

Lors de l'achat de bulbes de perce-neige à l'automne, on vérifiera leur état. En effet, à la différence de nombreux bulbes, les perce-neige ne supportent pas de rester des semaines hors de terre et se dessèchent.

En Angleterre les producteurs les vendent généralement au printemps, en petits pots, "en vert" c'est à dire avec le feuillage. Cela permet en outre de vérifier l'identité de l'espèce ou du cultivar.

Il y a des formalités (et un coût) lors de l'achat de perce-neige à l'étranger. En effet le genre Galanthus étant "inscrit CITES", le commerce en est règlementé, y compris pour tous les cultivars. (CITES = Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction.)

Plantation

Planter rapidement les bulbes achetés, pour éviter leur dessèchement. De même pour les plantes obtenues "en vert" au printemps.

Il est préférable d'effectuer la transplantation après la floraison. Les plantes sont replantées aussitôt dans un sol préparé d'avance par ajout d'humus ou de terreau bien décomposé. Les bulbes racinés sont soigneusement enterrés à 5 cm. Le sol doucement tassé autour est arrosé puis couvert de feuilles mortes ou autre mulch. On place immédiatement, si besoin, une étiquette indiquant la variété. On prend soins de ne pas laisser le sol sécher durant cette période où les racines doivent se réinstaller.

Entretien

Les perce-neige ne demande guère d'entretien.
Il faut surtout prendre soins de laisser le feuillage, de ne pas le tondre avant jaunissement.
On place sur le sol une couverture de feuilles mortes ou de terreau de feuilles, de façon à éviter son dessèchement estival et à l'enrichir d'humus.

Dans une collection de perce-neige, il faut éviter que les espèces ne se mélangent et que des hybrides vigoureux ne viennent supplanter les espèces et cultivars précieux. Il faut donc éviter le semis et alors couper les fleurs fanées (sauf cas de cultivars stériles).

Problèmes

Pourquoi disparaissent-ils du jardin ?

Parmi les destructeurs de Galanthus figurent la mouche des narcisses et une moisissure grise.

Une plantation espacée des bulbes, une fragmentation régulière des touffes, évitera une contagion trop facile des maladies et limitera les pertes. La grosse larve de la mouche des narcisses a probablement besoin de passer d'un petit bulbe à l'autre, ce qui est facile dans les touffes...

L'ajout d'humus luterait contre des nématodes parasites de la plante.

D'une manière générale, une plante qui ne pousse pas dans des conditions convenables disparaît. Même si ce sont des parasites qui l'achèvent, ce sont les conditions de vie qu'il faut corriger.

G. elwesii (et sans doute d'autres espèces) disparaît souvent rapidement du jardin. C'est une espèce méridionale qui a besoin d'un endroit chaud, plutôt ensoleillé, au sol bien drainé et non pas d'une terre lourde.

Le problème de cette espèce est majoré par l'origine des bulbes qui souvent ne sont pas issus de culture mais directement importés de Turquie. Les bulbes de culture sont des souches adaptées à notre climat, les autres... disparaissent. Pour les distinguer, retenir que les plantes cultivées ici sont multipliées végétativement. On a donc un clone, toutes les fleurs sont semblables. Au contraire, les bulbes de Turquie et pays voisins sont issus de semis (qu'ils soient cultivés ou prélevés dans la nature) et présentent une variabilité bien visible. Après avoir planté une telle espèce, il est prudent d'en récolter les graines et de les semer soigneusement. Du fait de la variabilité génétique il se trouvera des graines plus adaptées aux sol et climat locaux que les bulbes parents...